Arbitrage commercial : Sentence arbitrale et exécution


Le recours à l’arbitrage dans le domaine commercial est devenu une pratique courante pour résoudre les litiges entre les entreprises. Cette méthode alternative de règlement des conflits offre une solution rapide, efficace et confidentielle. Cet article se penche sur deux aspects cruciaux de l’arbitrage commercial : la sentence arbitrale et son exécution.

La sentence arbitrale

La sentence arbitrale est la décision rendue par les arbitres à l’issue de la procédure d’arbitrage. Elle tranche le litige entre les parties et fixe leurs droits et obligations. La sentence doit être écrite, motivée et signée par les arbitres. Elle peut être partielle ou définitive.

La sentence arbitrale se distingue du jugement rendu par un tribunal étatique en ce qu’elle émane de la volonté des parties qui ont choisi librement les arbitres pour trancher leur différend. De plus, la sentence n’est pas susceptible d’appel, sauf exception prévue par la loi ou accord entre les parties.

L’exécution de la sentence arbitrale

L’exécution de la sentence arbitrale désigne les mesures prises pour mettre en œuvre la décision des arbitres. En principe, l’exécution est volontaire : les parties sont tenues de respecter leurs obligations résultant de la sentence. Toutefois, il arrive que l’une des parties refuse d’exécuter la décision ou tarde à s’y conformer.

Dans ce cas, l’autre partie peut demander l’exécution forcée de la sentence arbitrale. Pour cela, elle doit obtenir une ordonnance d’exequatur auprès du tribunal compétent. L’exequatur est une procédure qui vise à vérifier que la sentence respecte les conditions de validité et d’opposabilité prévues par la loi. Une fois l’exequatur accordé, la sentence a force exécutoire et peut être mise en œuvre par les voies d’exécution classiques (saisie, vente des biens, etc.).

La reconnaissance internationale des sentences arbitrales

L’une des principales forces de l’arbitrage commercial réside dans la facilité avec laquelle les sentences arbitrales sont reconnues et exécutées à l’étranger. La Convention de New York de 1958 est le principal instrument international en la matière. Elle impose aux États signataires de reconnaître et d’exécuter les sentences arbitrales étrangères, sous réserve de certaines conditions.

Ainsi, si une entreprise française obtient une sentence arbitrale en sa faveur contre une entreprise américaine, elle pourra faire valoir cette décision aux États-Unis grâce à la Convention de New York. Il en sera de même pour une entreprise chinoise face à une entreprise allemande ou pour toute autre combinaison entre les pays signataires.

Le rôle des avocats dans l’arbitrage commercial

Les avocats jouent un rôle essentiel dans le processus d’arbitrage commercial. Ils conseillent les entreprises sur la rédaction des clauses compromissoires, les assistent pendant la procédure d’arbitrage et les représentent devant les arbitres. En outre, ils peuvent intervenir pour obtenir l’exequatur et assurer l’exécution de la sentence arbitrale.

Pour en savoir plus sur l’arbitrage commercial et les services juridiques proposés, n’hésitez pas à consulter le site de l’Ordre des avocats de Cusset-Vichy.

En résumé, l’arbitrage commercial est une méthode efficace et reconnue pour résoudre les litiges entre entreprises. Les sentences arbitrales sont généralement respectées par les parties et bénéficient d’une large reconnaissance internationale grâce à la Convention de New York. Les avocats spécialisés en arbitrage accompagnent les entreprises tout au long de cette procédure pour garantir leurs intérêts et assurer l’exécution des sentences.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *